Outils pour utilisateurs

Outils du site


Panneau latéral

Liste de liens :

planning

Planning des réunions

8/9 Février 2018, Ajaccio

Compte rendu réunion comité de pilotage projet FireCaster 8 et 9 Février 2018. Rédacteurs : F. Allaire, L.Ferrat, Y. Filidori, J.B. Filippi

Présentations

Présents :

  • EFFIS Jesús San-Miguel-Ayanz
  • Météo-France Florence Vaysse
  • Météo-France Mathieu Regimbeau
  • ONF Yvon Duché
  • ONF Philippe Caramelle
  • CNRM Patrick Lemoigne
  • CNRM Valery Masson
  • CNRM Aurelien Costes (PhD) (visio)
  • CNRM Christine Lac (visio)
  • INRIA Vivien Mallet
  • INRIA Frédéric Allaire (PhD)
  • LA Jean-François Leon (visio)
  • LISA Antoine Belgodère
  • LISA Florian Geuniot
  • SPE Yolanda Perez
  • SPE Jean-Baptiste Filippi
  • SPE Lila Ferrat
  • Université Bertrand Sarlande
  • SIS2A Christian Morelli
  • Région Michel Costa
  • Région Greg Romani

Excusés:

  • WPI Albert Simeoni
  • CECI Mélanie Rochoux
  • SIS2A Directeur
  • ONF Antonella Massaiu
  • SIS2B Ltn Andreani
  • LaCy (CNRS Univ.Réunion) P.Tulet

Les présentation sont disponibles sur le wiki du programme. Ordre du jour La réunion a commencé par un tour de table avec un retard de 40 minutes. Globalement, toutes les tâches ont étés validées par le COPIL, la tâche “risque” a été redéfinie.

  • 14h40 Presentation of the steering committee and lab members

Puis a continué avec la présentation du projet et du calendrier (voir présentation sur le wiki).

  • 14h45 - Project presentation and schedule

A ce stade du projet, le comité de pilotage a pris acte du calendrier proposé et n’a pas émis de réserve sur les livrables prévus ou sur le calendrier initial qui est pour l’instant respecté, notamment grâce au recrutement fait dans les temps. A noter la transformation de deux années de PDoc en 3 ans de thèse (Aurelien Costes) dans les ressources prévues au CNRM et CECI.

  • 15h00 - First Year, what happened
    • Si il devait ne commencer qu’en 2018, l’actualité incendie cet été a poussé à utiliser les produits dans un état peu mature mais utilisable. 6 cas d’études ont étés présentés. On peu noter que Meso-NH a de bonne capacité pour prévoir les effets de Foehn locaux (tout comme Arome qui est utilisé pour les conditions aux limites). Peu d’interêt donc (comparé à Arome) si ce n’est éventuellement dans des conditions de vents changeants à haute fréquence (changement de direction toute les 20 minutes, confluence, brise..). Globalement les simulations de contours ont eu un bon rôle illustratif, mais ont étés utilisés san cadre opérationnel pour effectuer des estimations de surfaces préservées.
    • Il est noté l’intervention d’Yvon Duché qui précise qu’une attention particulière doit être donnée à la mise à disposition de contours simulés à plus de 6 heures (donc de pures projections si non intervention). Ceux-cis sont inévitablement incohérents car les interventions sont systématiques et ne devraient donc pas être présentées. Une concertation avec les SIS est donc indispensable. Et les prochaines simulation seront certainement présentés sous forme de scores d’ensembles de simulation.
    • La simulation avec Panaches et dispersion n’a pas été utilisée cet été mais suscite un intérêt, à voir donc après retour d’expérience.
  • 15h00 - Task and deliverables reviews (0 -1)
    • Le comité de pilotage a validé les tâches 0.1 (wiki, site projet) et les avancées 0.2 (systèmes en béta-test). voir: https://firecaster.universita.corsica/article.php?id_art=1129&id_rub=0&lang=fr A ce stade pas de commentaires spécifiques.
    • Les tâches sont validées Il est noté l’importance d’un outil permettant d’enregistrer les actions sur le terrain, objectif de pyroscope, pour la validation de simulation avec actions prisent en compte. Des discussion auront lieu à ce sujet grâce aux efforts de M. Costa.
  • Tâche 1 Combustible (Préparé par Y.Perez et L.Ferrat)
    • Echelle de description de la végétation :
      • Y Duché met en garde sur la caractérisation à une échelle de 5 mètres car trop variable et difficile à décrire.
      • M. Costa affirme que l’échelle de 5m n’est pas pertinente en termes de lutte, mais comprend que c’est pertinent en termes de physique du feu
      • On explique qu’une échelle de 5 m est nécessaire pour prédire la propagation du feu mais que la végétation sera décrite à 50 m et par la suite redistribuée à une échelle de 5 m
      • Composition chimique de la végétation :
      • M. Costa → La prise en compte de la composition chimique de la végétation est primordiale (inflammabilité de la végétation)
      • L. Ferrat est d’accord et précise que les dégagements de COV inflammables, pour certaines espèces, sont très importants en situation de sécheresse.
    • Données de l’IFN:
      • Y Duché met en garde sur la précision de l’IFN → très précis pour les forêts mais description limitée pour d’autres types de végétation. Ils complètent aujourd’hui avec des photos satellites pour connaitre les essences.
    • Combustible mort, Y Duché :
      • Les feuilles de certaines espèces (cistes, lavandes) se dessèchent et meurent en été tout en restant sur pied. Leur taux d’humidité dépend alors des conditions météo.
      • Néanmoins, peu de matière restera sur les arbustes (sauf certaines espèces de cistes et genets). Il est plus intéressant de voir ce qui tombera au sol et constituera la litière.
      • Quand il y a des arbustes sous une pinède (notamment sous pin maritime) les aiguilles tombent sur les arbustes et se forme une strate intermédiaire sèche qui peut créer une continuité du combustible sec.
      • Littérature à consulter pour les teneurs en eau :
        • Doriac : Thèse Forest Focus
        • Project rythm
        • Chuvieco → Remote sensing
    • Humidité du combustible, M. Costa :
      • Il propose de présenter autrement l’information pour qu’elle soit plus utile au niveau opérationnel → Calculer la puissance du feu nécessaire pour qu’un feu propage pour une certaine valeur d’humidité du combustible.
    • Echantillonnage de la végétation sur les points d’étude, Y Duché :
      • Utiliser les méthodologies existantes pour assurer les comparaisons
      • 10 points d’échantillonnage sur une parcelle demandent beaucoup de temps et de main d’œuvre
  • 16h15 - Task and deliverables reviews (2 - 3)
  • Tâche 2 Crise
    • Une présentation est réalisée par Aurélien et Christine depuis le CNRM.
    • Le travail sur le couplage n’a pas directement commencé, il est plus orienté sur le solveur de pression. Les travaux sur l’assimilation de donnée ou les émissions n’ont pas commencés.
    • Une venue d’Aurélien doit permettre de paramétrer des cas types qui seront utilisés pour la ré-analyse d’incendie, et de laisser au CNRM la paramétrisation du modèle météo quotidien qui sert à la mise en donnée.
  • Tâche 3 Risque
    • Frédéric Allaire a présenté les avancées dans la tâche, suivies de discussions avec A.Belgodère sur la façon de relier le danger aux enjeux.
    • Y. Duché précise qu’il est très important de passer les résultats au filtre de l’usage opérationnel, impossible de présenter des probabilités à 1 ou encore des surfaces incohérentes même si ce n’est que de l’espérance mathématique.
    • Une discussion, redéfinition, recadrage aura lieu le lendemain avec J. San-Miguel sur la terminologie et les usages.
    • La tâche et les discussions sont présentés plus en détail dans le CR du vendredi disponible par la suite.
  • 17h30 - Accord de Consortium
    • B.Sarlande a présenté l’accord de consortium qui devra être signé par les laboratoires du projet. Une copie doit être envoyée à chaque laboratoire la semaine du 12/02.
  • 18h00 - Meetings, conference to come and collaboration
    • ICFFR 10 to 16 nov, 2018 deadline 15 mars

Il est convenu d’essayer d’envoyer un abstract par activité commencée (1 par doctorant, plateforme, combustible). La conférence est considérée comme importante.

  • Ecole incendie : 27 mai 1er Juin inscription 15 avril

Les doctorants sont invités à s’inscrire

  • GEOSAFE Deadline April 15th, 2018

Conférence peu importante, les deux projets étant sur des thèmes finalement distincts (tels que connus par Y.Duché qui connait le projet) il est cependant intéressant d’essayer de nouer un contact.

  • 15th IGAC Science Conference.deadline 03/04

Une contribution est envisagée pour la plateforme, mais se fera si les codes sont testés sur plusieurs ré-analyses.

  • Collaboration avec Portugal

Rui Delgado, rencontré aux journées Meso-NH propose une collaboration pour voir comment certaines des actions pourraient être transposés au Portugal. OK pour les aspects modèle couplés avec l’accord du CNRM avec qui des contacts sont déjà établis.

  • Fin de la journée et 20h diner en ville

Vendredi 9/02 (matinée) 3 groupes de travail Fuel, Météo, Risque/Danger

Le vendredi a été consacré trois groupes parallèles relatifs aux questions soulevés la veille lors des présentations. Une restitution a été réalisée à 11h30, le compte rendu de ces restitutions est détaillé par la suite.

  • Groupe de travail «Fuel » 9/2/17 :
    • Participants :
    • P. Le Moigne (CNRM)
    • V. Masson (CNRM)
    • G. Romani (Région)
    • Y. Perez-Ramirez (Université de Corse)

* Thèmes traités lors de la discussion :

  • Végétation morte aérienne :
    • Il faut la prendre en compte
    • Importante dans la formation des brandons et de la litière
    • Taux d’humidité dépend des conditions météo
  • Litière :
    • A quantifier → masse et qualité (état de décomposition, compaction)
    • Taux de décomposition dépend de l’humidité du sol et des conditions météo
    • Durée de vie des feuilles et vitesse de perte des feuilles pour prédire la formation de litière
    • Utilisation des valeurs moyennes par type de combustible. Travailler chaque type de végétation de manière individuelle.
    • Utilisation d’images satellite pour initialiser la végétation vivante
    • Humidité de la végétation vivante → Considérer le paramètre f2 de SURFEX

Actions (Deadline: mai 2018 pour les simulations de la saison feu 2018):

  • Lien entre les typologies de végétation dans la BD foret et ecoclimap :
    • Déterminer les classes sur la région
  • Faire une carte (Corse + Sud France)
    • Déterminer les classes pertinentes pour la région avec l’expertise de la Région, ONF (carte expertisée)
  • Simulation 0D sur les 5 points où il y a des mesures d’humidité du combustible par l’ONF (période de 10 ans):
    • Données SAFRAN sur ces points pour le forçage de SURFEX
    • Biblio litière (modèles de développement et dégradation)
    • Développer matière morte herbe
    • Développer formule de l’humidité vivante (avec par exemple le f2)
  • Possibilité de fabriquer une carte d’indice associée à l’état de la végétation (Résolution 600m)
    • Présentation des conclusions au reste du groupe de travail et membres du comité de pilotage :
      • Carte d’indice → F. Vaysse nous informe de la carte de sensibilité de la végétation développée par Météo France et l’ONF obtenue par le croisement de l’humidité et les typologies de végétation
      • J. San-Miguel s’interroge sur l’échelle de mesure. Il propose d’utiliser la méthode développée par M. Yebra (modèle de radiation) pour déterminer l’humidité du combustible vivant à partir de produits EFFIS.

Récapitulatif du groupe de travail sur les tâches 2 et 3 (crise et risque) Rédaction F.Allaire

  • Le groupe de travail a identifié 3 problématiques principales en termes de lutte incendie.
  • Avant de présenter ces 3 problématiques, on se propose de définir ce qui est entendu par le terme de “risque”.
  • Définition du risque
    • De manière générale, le risque est vu comme le produit entre la probabilité d'un événement indésirable (aléa) par les impacts (le plus souvent négatifs) associés à cet événement.
    • Pour fixer les idées, on propose la formule suivante : “risque = probabilité x impacts”.
  • Pour établir une carte de risque incendie, il est nécessaire d'estimer
    1. la probabilité d'éclosion,
    2. la probabilité qu'un feu se déclarant en un point donné atteigne un autre point (qu'on peut estimer via un ensemble de simulations ForeFire),
    3. la répartition spatiale des enjeux.

Dans le cadre de la lutte incendie, la notion de risque s'applique aux problématiques I et II définies plus bas.

  1. I Plannification, aménagement du territoire
  • Dans une optique d'aménagement du territoire, il est nécessaire d'identifier les zones où le risque incendie est le plus élevé à l'échelle d'une ou plusieurs saisons/années. Les ressources pour effectuer de telles opérations étant limitées, un tel classement va permettre d'investir les zones prioritares dans le cadre d'une une vision à long terme.
  • Actuellement, la Corse est découpée dans son intégralité en une vingtaine de zones. Au sein d'une zone, on peut identifier plusieurs scénarii d'incendies à la main via des points d'éclosion et des vitesses moyennes de vent. Les enjeux, essentiellement humains, atteints lors de ces scénarii, sont identifiés. Le croisement avec des données historiques d'incendies dans la zone permet d'estimer un risque.
  • Une amélioration serait de passer par une approche quantitative reposant sur un cadre probabiliste solide couplée à une cartographie des enjeux.

Un incendie se propageant librement pendant 6 heures a été retenu comme événement à étudier dans ce contexte. Pour les cartes de risque, une résolution de 10 hectares est satisfaisante, et on envisage de viser des résolutions plus fines (1 hectare, voir 0.25 hectare)

  1. II Répartition du dispositif de lutte pour la journée
    • De même que dans la problématique I, on cherche à fournir des cartes de risque couvrant l'ensemble de la Corse.

Toutefois, l'horizon temporel de ces cartes est de l'ordre d'un jour et celles-ci seraient utilisées dans le cadre de l'affectation des forces de lutte. De telles cartes nécessitent de se baser sur des prévisions (et observations) météorologiques. Actuellement, Météo-France fournit des cartes de risque représentant des indices de risque associés aux conditions les plus critiques . La résolution spatiale attendue est la même et pour les simulations, on s'intéressera également à des incendies se propageant librement pendant 6 heures.

  • Méthodologie pour les problématiques I et II

On travaillera dans un premier temps sur la problématique II, les cartes de risque sur le long terme pouvant être obtenues à partir de plusieurs cartes de risque à court terme.

  1. III - Gestion de crise

Dans le cas où un feu s'est déclaré, prévoir l'évolution du contour de flammes s'avère particulièrement utile pour décider des actions d'intervention. Anticiper les pires cas possibles est capital. Pour répondre à cet objectif, on propose d'établir une carte des possibles en lançant un ensemble de simulations ForeFire. Cette carte permettrait d'indentifier précisément quelles zones pourraient être touchées par la suite. En situation de crise, le temps nécessaire au traitement des informations, à la prise de décision et à la mise en oeuvre des actions de lutte fait qu'une durée pertinente pour une simulation est d'au moins un heure. On se propose donc de travailler avec des simulations d'un feu sur 2-3 heures.

Dans ce contexte, le temps de calcul doit être suffisamment faible. On devrait être en mesure de fournir une première estimation en un temps raisonnable en l'absence de couplage avec MesoNH.

Tableau récapitulatif

*Produit* *Niveau de la lutte* *Durée propagation pour simulations* *Résolution spatiale*
Carte de risque sur le long terme Plannification, aménagement du territoire 6 heures < 10 hectares
Carte de risque pour la journée Répartition du dispositif de lutte pour la journée 6 heures < 10 hectares
Contours possibles en situation de crise Actions d'intervention en cas d'incendie 2-3 heures contrainte par le temps de calcul

Groupe de travail 3 - Météo

  • L’objet de ce groupe était un travail rapide (1h) permettant principalement de s’informer sur les produits existants dans le système de prévision incendie à J+1 et pendant le sinistre mis en place pendant l’été (Mme Vaysse étant la prévisionniste et M.Régimbeau l’ingénieur) et d’identifier et d’orienter les recherches sur les produits pouvant trouver un usage en lutte incendie. Les intervenants ont par la suite retrouvés le groupe de travail 2, Risque.
  • Les questions portaient sur :
    • La représentation/utilité des champs à “haute fréquence” / haute résolution”

Par météo type grand vent (exemple Incendie de Ville Paraso), peu d'intérêt pour ces sorties. Sinon interêt pour illustrer la variabilité locale/et/ou temporelle (Feo, Ghisoni). Faire attention d’exprimer l’incertitude d’une façon ou d’une autre, texte explicatif type de rendu (ou horaire peu précis).

  • Il est proposé d’utiliser les mêmes codes de représentation graphique (essentiellement échelles) entre les sorties potentiels de Meso NH et les représentations déjà utilisés par la météo F2F.
  • Information sur les champs utilisés pour faire les prévisions,
  • A noter l’existence d’une ré-analyse des vents de surface arome/station, et d’un indice de sécheresse qui sera discuté plus tard dans le groupe de travail combustible.

Événements spécifiques, chaque été sur certains incendies une ré-analyse météo poussée est effectuée par F.Vaysse sur certains évènements/journées particulièrement marquantes. Ces rapports ont étés transmis par M.Regimbeau et devraient constituer des bons cas d’études pour de vérifications de recherche car déjà très bien analysés qualitativement.

Mardi 31 Janvier 2017, Toulouse

La réunion FireCaster se tiendra à Toulouse, Cerfacs Météopole (Merci Mélanie). Le Mardi 31 janvier de 9h à 16h En ordre du jour :

  1. Liste numérotée
  1. Revue des tâches et création du wiki de gestion de projet,
    1. revue des livrables,
    2. acteurs du projets.
  2. Planification des recrutement, profils.
  3. Ou quand et comment héberger la plateforme, source et flux de données météos.
  4. (re)Définition du comité de pilotage du projet et préparation du entretien avec ce comité.

Comme prévu, on va donc surtout se ré-affecter les tâches et livrables, des dates et mettre cela sur l'outil de gestion de projet. Ce sera très certainement l'occasion de créer les groupes de travail qui doivent permettre de dégrossir les problèmes dès cette première réunion.

planning.txt · Dernière modification: 2018/02/15 15:16 par filippi@univ-corse.fr